Follow Us

InterviewNourriture, eau et terre

Interview avec Walden Bello


Nous avons mené une interview avec l’activiste universitaire philippin Walden Bello pour notre site Siyada. Nous lui avons posé quelques questions afin d’approfondir notre compréhension du projet de souveraineté alimentaire dans le contexte de la pandémie de Covid-19, ainsi que pour faire la lumière sur les récents développements de la situation mondiale où les sociétés transnationales (TNI) continuent de contrôler les chaînes d’approvisionnement mondiales. Walden Bello nous fournit un résumé général de ses perspectives et de sa méthodologie présentée à travers sa récente étude publiée en arabe sur notre site Web. Dans ce qui suit, nous proposons à nos lecteurs une riche interview :

« Nous devons voir l’opportunité pour délocaliser la production, non seulement pendant cette urgence, mais stratégiquement, sur le long terme ».

1- Dans le contexte des nombreuses discussions déclenchées par la crise sanitaire mondiale et au milieu d’une course effrénée pour trouver un vaccin efficace contre Covid 19, quelle est, à votre avis, l’importance ou la pertinence du projet de Souveraineté Alimentaire, et comment le mettre en lumière ?

Je pense que Covid 19 est à la fois une terrible tragédie tout comme une opportunité. Covid 19 n’est pas seulement une maladie qui a fait des ravages en vies humaines. C’est aussi le résultat du pillage effréné de nos forêts, issu de l’exploitation commerciale de la faune naturelle ; dans ce cas, les pangolins qui ont transmis le nouveau coronavirus des chauves-souris aux humains. Le capitalisme a détruit l’équilibre que les sociétés traditionnelles ont maintenu avec leur écologie, et un retour de flamme comme celui-ci devait se produire tôt ou tard.

Mais Covid 19 présente une lueur d’espoir. En raison de la crise des chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales et régionales, nous pouvons avoir l’opportunité pour relocaliser la production alimentaire et relancer la production agricole et les communautés rurales qui avaient été déstabilisées et érodées par ces chaînes d’approvisionnement.

2- Les grandes entreprises capitalistes contrôlent les chaînes d’approvisionnement alimentaire dans le monde, ce qui augmente la probabilité que des populations entières seront exposées à la faim lorsqu’elles sont incapables de payer leurs importations ou en guise de punition à des fins politiques. Comment se débarrasser de ce dilemme à long terme ?

Nous devons voir l’opportunité pour délocaliser la production, non seulement pendant cette urgence, mais stratégiquement, sur le long terme. Il ne doit pas y avoir de retour aux chaînes d’approvisionnement des entreprises après la disparition de la pandémie, même si, bien sûr, il y aura une forte pression de la part des intérêts particuliers pour les maintenir.

3- « Ne laissez jamais une bonne crise se perdre : la pandémie de Covid-19 et l’opportunité de la Souveraineté Alimentaire » est le titre d’une étude que vous avez rédigée et que nous avons traduite en arabe et publiée sur notre site. Pouvez-vous d’abord résumer brièvement pour nos lecteurs les principaux arguments de cette étude ?

Les principaux arguments sont :

  • Covid 19 a montré les vulnérabilités des chaînes d’approvisionnement mondiales et régionales aux perturbations, causées par les pandémies et cataclysmes.
  • À court terme, les gouvernements sont en train de fermer les frontières non seulement aux voyages, mais aussi pour le transport des marchandises sur de longues distances, y compris la nourriture. Les communautés elles-mêmes, comme en Argentine, ont empêché l’entrée des véhicules de transport de peur d’être porteurs du virus.
  • Avec la diminution des approvisionnements alimentaires et la flambée des prix, une crise émerge pour les communautés devenues dépendantes de l’importation des denrées alimentaires sur de longues distances.
  • Cela a créé une demande des aliments produits localement ; les agriculteurs locaux répondant à la demande des centres urbains. Toutefois, des mesures inappropriées de santé publique, imposées par les gouvernements, empêchent parfois les agriculteurs de fournir les produits alimentaires dont les centres urbains ont grand besoin.
  • La crise et, dans certains cas, l’effondrement des chaînes d’approvisionnement contrôlées par les sociétés multinationales montrent l’importance de la localisation de la production alimentaire, d’atteindre l’autosuffisance alimentaire et d’inverser le processus par lequel environ 50 % de la consommation alimentaire en Chine et dans le sud-est L’Asie et près de 20 à 30 % en Inde, en Amérique latine et dans certaines parties de l’Afrique, sont désormais sous le contrôle de fournisseurs mondiaux et régionaux éloignés des lieux de production.
  • La relocalisation de la production alimentaire doit être guidée non seulement par le principe de l’autosuffisance alimentaire mais aussi par celui de la « Souveraineté Alimentaire » qui signifie, entre autres, que 
  • la production et la consommation de denrées alimentaires doivent être déterminées principalement par les besoins et préférences locaux.
  • la production de produits alimentaires destinés à la consommation locale doit être prioritaire par rapport à la production destinée à l’exportation.
  • la production de denrées alimentaires doit se faire par des processus qui, contrairement aux chaînes d’approvisionnement mondiales, réduisent radicalement les émissions de carbone.
  • la production doit être effectuée principalement par les petits exploitants.
  • que la technologie de production doit combiner, de façon créative, des méthodes innovantes mais saines, écologiquement et socialement inoffensives, avec des méthodes traditionnelles reconnues ; et que
  • les méthodes agroécologiques qui limitent les apports externes et encouragent les processus internes autonomes doivent être promues et largement diffusées.

4- A la lumière de la faiblesse des organisations progressistes qui cherchent à atteindre la Souveraineté Alimentaire, il semble que ce sont les grandes entreprises multinationales qui ne perdent aucune opportunité pour profiter des crises. A votre avis, dans quelle mesure cette opportunité de Souveraineté Alimentaire est réaliste ?

Comme je l’ai dit, après la pandémie, les sociétés multinationales feront de gros efforts pour rétablir leurs chaînes d’approvisionnement mondiales et régionales. Si les producteurs locaux qui se sont engagés dans la brèche et ont établi des liens avec les détaillants et les consommateurs locaux s’organisent, ils seront cependant mieux placés pour résister aux attaques des multinationales. Les producteurs doivent former des alliances avec les détaillants et les consommateurs sur la base de leur capacité à fournir des produits de meilleure qualité sanitaire et de goût que les multinationales. Les multinationales essaieront de revenir à leur position dominante grâce à des prix bas et subventionnés ; il est donc important que les alliances locales de producteurs, de détaillants et de consommateurs amènent les gouvernements à percevoir des taxes élevées sur les produits des multinationales ainsi que sur leurs bénéfices.

5- L’Afrique du Nord est l’une des régions connues pour vivre une expansion de l’agro-industrie intensive orientée vers l’exportation avec tous les impacts environnementaux associés et l’exploitation brutale des travailleurs agricoles. Comment voyez-vous ce type d’agriculture industrielle capitaliste ? Sur la base de votre expérience, comment les organisations des producteurs alimentaires peuvent-elles lutter contre ce modèle agricole ?

Ce type d’agriculture industrielle capitaliste est très dommageable sur plusieurs dimensions. Les multinationales engagées dans l’agriculture industrielle sont extrêmement exploiteuses en ce qui concerne leurs relations avec les agriculteurs sous contrat lesquels ont très peu d’influence sur les termes du contrat qu’ils ont avec les multinationales. Elles contribuent ainsi à accroître les inégalités. Elles font la promotion des semences génétiquement modifiées et de l’agriculture intensive en produits chimiques, posant ainsi une menace aussi bien à la santé publique et au climat, en raison des émissions incontrôlées de carbone. Elles surexploitent les travailleurs migrants qui doivent souffrir non seulement de bas salaires, mais également de mauvaises conditions de travail tout en étant privés du statut de résident permanent. Je ne vois pas d’autre moyen pour leur résister que de créer des organisations solides de producteurs avec des liens solides avec les universitaires, les groupes de consommateurs et les agences clés gouvernementales. Ces types d’alliances sont ce qui a empêché des percées substantielles de la production alimentaire basée sur le génie génétique dans certaines parties de l’Afrique subsaharienne, bien que cette résistance doive être renforcée.

6- Nous aimerions que vous partagiez avec nous des informations sur les luttes et les expériences en cours des petits agriculteurs ou des peuples autochtones dans la région dont vous venez ?

La lutte contre les sociétés multinationales, les semences génétiquement modifiées et les chaînes mondiales et régionales était en cours en Asie du Sud-Est avant Covid 19. La lutte pour la Souveraineté Alimentaire a été liée à la lutte pour la réforme agraire aux Philippines, qui est malheureusement au point mort en raison de la grande résistance des propriétaires terriens à la redistribution des terres. En Thaïlande, les petits agriculteurs qui étaient favorisés par les politiques populistes des gouvernements liés à Thaksin Shinawatra ont perdu leur influence depuis que le gouvernement de la sœur de Thaksin, Yingluck, a été renversé en 2014. Entre-temps, la société alimentaire géante, basée en Thaïlande, CP a étendu les tentacules de ses chaînes d’approvisionnement dans toute l’Asie du Sud-Est, au détriment des producteurs alimentaires locaux. Au Myanmar, l’agriculture est encore principalement pratiquée par les petits exploitants qui ne sont pas intégrés dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et régionales, mais la Banque asiatique de développement et la FAO (Organisation pour l’alimentation et l’agriculture) s’efforcent de les intégrer dans ces chaînes d’approvisionnement. Un certain nombre d’ONG aident les agriculteurs à résister à cette tendance, avec un succès limité.

7- La Via Campesina, un mouvement mondial a pu organiser des millions de paysans dans le monde et promouvoir des concepts progressistes tels que la Souveraineté Alimentaire à la lumière de l’assaut néolibéral mondialisé et de la consolidation de la dépendance alimentaire comme dans notre région, l’Afrique du Nord. Le mouvement peut-il être considéré comme une des alternatives internationales possibles face au capitalisme ?

Oui, le grand avantage de Via Campesina est qu’elle a été créée principalement par des leaders paysans et continue d’être dirigée par des leaders paysans. Ces dirigeants et leurs organisations ont noué des liens très productifs avec des ONG ainsi qu’avec des spécialistes universitaires en agronomie de plusieurs universités à travers le monde qui les ont conseillés sur la manière d’intégrer les méthodes de production des petits paysans à l’agroécologie et à d’autres technologies sociales et écologiques. J’ai une grande confiance en l’avenir de Via Campesina.

8- Un dernier mot

Environ 70 % de la nourriture mondiale est encore produite par de petits producteurs paysans. L’agriculture alternative a une large masse de base potentielle. Mais nous avons beaucoup de travail pour transformer cette base potentielle en réalité.

Pour lire l’étude de Walden Bello en anglais : https://www.tni.org/en/publication/never-let-a-good-crisis-go-to-waste

Pour la lire en arabe : https://bit.ly/2FBdIb6

Articles Similaires
Magazine siyadaNourriture, eau et terre

Les marins pêcheurs de Gaza : vivre et survivre entre eau et sang

Nourriture, eau et terrePaysansSuivi des Luttes

La Confédération paysanne soutient les paysan.nes indien.nes

Agriculture d'exportationNourriture, eau et terrePaysans

Le Plan Maroc Vert et la dépossession de la paysannerie : exemple des producteurs de safran à Taliouine

Nourriture, eau et terrePaysansSuivi des Luttes

Aux sources de la révolte paysanne en Inde : capitalisme de l’agrobusiness et centralisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *